Actualités

Formation - 24 Novembre 2020

Mon compte Formation

Mon compte Formation

Pensez à transférer vos heures de DIF avant le 30 juin 2021

Transférer vos droits DIF sur MON COMPTE FORMATION

 

DERNIERE MINUTE !

Dans le cadre du prolongement de la loi sur l'état d'urgence, les députés on adopté un amendement pour repousser au 30 juin 2021 la date butoir pour transférer les droits à la formation acquis avant 2015.

 
Vos heures de DIF peuvent être utilisées pour financer une formation. Vous devez cependant saisir le solde de ces heures avant le 30 juin 2021, directement en ligne sur votre compte formation.

LE DIF, C’EST QUOI ?

Le droit individuel à la formation (DIF) créé en mai 2004, permettait à chaque salarié ayant au moins un an d’ancienneté de capitaliser des heures mobilisables pour des formations.
La loi sur la formation professionnelle du 5 mars 2014 a supprimé le DIF à partir du 1er janvier 2015 et créé le compte personnel de formation (CPF) qui permet aussi bien au salarié du privé qu’au demandeur d’emploi d’acquérir des droits à la formation.
 
QUI EST CONCERNÉ PAR LA CONVERSION DU DIF EN CPF ?
Les salariés du privé avant le 31 décembre 2014 (ont bénéficié d’un crédit minimum de 20 heures de DIF par an, cumulables sur 6 ans dans la limite de 120 heures).
 
Sont exclus :
Les périodes de contrat d’apprentissage
Les périodes de contrat de professionnalisation

 

Ces deux contrats sont exclus du DIF car ils présentent déjà des périodes de formation

 

 

 

 

 

Le ministère du Travail a lancé MonCompteFormation, un nouveau service en ligne, sous la forme d'une application et d'un site, pour faciliter l'usage du compte personnel de formation et développer, ainsi, l'employabilité des actifs.

 

« La réforme la plus importante réalisée depuis le début du quinquennat ». En lançant le 21 novembre 2019, l’application mobile et le site MonCompteFormation le ministère du Travail a rappelé l’importance qu’il accorde à la possibilité offerte à chaque individu de prendre en main son destin professionnel. Ce nouveau service en ligne est destiné à rendre l’accès à la formation, via le compte personnel de formation, aussi simple que la commande en ligne d’un repas, d’un produit ou d’une course en VTC. Cette plateforme numérique, développée par la Caisse des Dépôts, s’adresse à un large public : les 28 millions d’actifs âgés d’au moins 16 ans (salariés, demandeurs d’emploi, indépendants et apprentis à partir de 15 ans).  

SIMPLE ET PRATIQUE

 

Mon Compte Formation devrait, comme l’ambitionne le ministère, « tout changer à la formation » en invitant les actifs « à passer à l’action » pour que la formation ne soit plus seulement un droit reconnu mais un usage facilité et, donc, un droit réel. L’usage de l’outil se veut, de fait, simple et pratique. En créant son espace personnel à l’aide de son numéro de sécurité sociale et d’une adresse mail, chacun peut gratuitement : 

  • Connaître ses droits à formation,  
  • Visualiser son épargne disponible en euros,  
  • Consulter le catalogue des formations mis à jour régulièrement précisant le contenu, la durée, le lieu, le prix et les frais annexes (l’offre de formation s’affiche de façon neutre et aléatoire pour ne pas fausser la concurrence)  
  • Sélectionner une formation en ligne ou à proximité parmi les 100 000 sessions de formation proposées, 
  • Réserver et payer sa formation grâce à son CPF et régler en complétement avec sa carte bancaire, 
  • S’informer sur la réglementation et suivre son parcours de formation.

 

Les organismes de formation recensés, dont les écoles et centres de formation d’apprentis des CCI (1), disposent de 48 heures - ou un mois en cas de formation nécessitant des prérequis - pour répondre aux demandes. Et les bénéficiaires ont ensuite quatre jours pour finaliser leur inscription sur la plateforme. À l’issue de l’action de formation, le stagiaire certifie que cette dernière a bien eu lieu, ce qui déclenche le règlement de l’organisme de formation. 

Le service numérique MonCompteFormation est dorénavant le moyen permettant aux bénéficiaires du Compte Personnel de Formation (CPF) d’utiliser leurs droits à se former, pour acquérir une qualification, obtenir son permis de conduire, ou encore créer ou reprendre une entreprise. Mais les utilisateurs peuvent aussi, via l’application, faire reconnaitre leurs compétences en réalisant un bilan de compétences, une VAE ou une certification de compétences. L’alimentation de ce CPF se fait annuellement à hauteur de 500 euros par année de travail (800 euros pour les personnes les moins qualifiées) dans la limite de 5 000 euros (8 000 euros pour les moins qualifiées). En cas de temps de travail inférieur de moitié à la durée annuelle de travail, les droits à la formation sont proratisés. Pour les indépendants, l’alimentation du compte se fera en 2020.  

Remplaçant le Droit Individuel à la Formation, en vigueur depuis le 1 er janvier 2015, le CPF intègre les heures de formation acquises dans le cadre du DIF. Pour rappel, les actifs, du privé comme du public, bénéficiaient d’un crédit de 20 heures de formation par an jusqu’à une limite de 120 heures. Un crédit qui est monétisé depuis le début de l’année 2019. Pour l’heure, selon le ministère du Travail, seuls 20 % des personnes concernées ont abondé leur compte personnel de formation avec leur DIF

DÉVELOPPER SON EMPLOYABILITÉ

 

Cette réforme du CPF est l’innovation la plus visible de la Loi du 5 septembre 2018 qui prône la liberté de choisir son avenir professionnel. C’est d’ailleurs pour permettre à chacun de développer ses compétences pour gérer son parcours professionnel et lutter contre l’obsolescence de ses qualifications que MonCompteFormation a été créé. 

Car, même s’il s’agit d’un outil destiné à mettre en relation sans intermédiaire les offreurs et les demandeurs de formation, l’application numérique n’a pas pour vocation de se limiter à un mode d’achat simplifié. Comme l’analyse Fouzi Fethi, Responsable du pôle Droit et politiques de formation au Centre Inffo, elle doit « apporter une protection supplémentaire aux travailleurs, et particulièrement aux moins qualifiés » et participer de « la gestation d’une assurance employabilité du travailleur »

 

Le dispositif vise clairement à démocratiser l’usage de la formation, sachant que les cadres suivent une formation professionnelle deux fois plus souvent que les ouvriers (source Dares 2018) et que les salariés des TPE ont, eux, deux fois moins de possibilités de se former que ceux des grandes entreprises (source Cereq 2018). Compte tenu du montant moyen actuel des CPF (autour de 1000 euros) les entreprises, au même titre que les Régions et l’Agefiph, ont la possibilité d’abonder les comptes, notamment ceux des publics les moins qualifiés ou ceux des salariés dont les emplois pourraient être menacés par les évolutions économiques ou technologiques. Dans une version 2 de l’application, cet abondement sera possible en ligne. Enfin, et parce que le digital ne répond pas à toutes les questions, les actifs peuvent solliciter l’aide gratuite et confidentielle de conseillers en évolution professionnelle, présents partout en France (2) pour faire un point sur leur situation et projets professionnels. Un appui qui peut être utile avant de commander en ligne la formation la plus adaptée à ses besoins.  

DOSSIER COMPLET

PDF À TÉLÉCHARGER

 

 1.L’offre de formation au catalogue du CPF, accessible depuis MonCompteFormation, est constituée des certifications enregistrées au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) et au Répertoire spécifique (RS). Consultez la Liste.

https://www.certificationprofessionnelle.fr/recherche/commerce

Pour rappel, le réseau des CCI a formé, en 2018, 300 000 stagiaires en formation continue ce qui représente 17, 3 millions d’heures de formation dispensées.

2.Les cinq opérateurs retenus pour proposer ces prestations de conseil sont : Fongecif et Opacif, Apec, Pôle Emploi, les Missions Locales et Cap Emploi.

 

 

Recommander à un ami loader

CCI Mayenne

Voir toutes nos implantations
CCI Pays de la Loire
Le site web de la CCI Pays de la Loire  
CCI.FR
Le portail des Chambres de Commerce et d'Industrie